ShieldBreakFast

Smash & Croissants

Auteur : Exile (Page 2 sur 11)

Introduction à la DI

Une introduction à l’influence directionnelle (DI), sous-titrée en français par SmashingSubs.

Comment netplay sur Super Smash Bros. Melee ?

Cet article est une traduction/adaptation en français des guides de netplay d’Anther’s Ladder. Il inclut des éléments du guide How to maximize your netplay experience.

Envie de jouer à Melee, mais :

  1. Vous êtes coincé à Clermont-Ferrand (attention, il faut quand même avoir Internet) ;
  2. Vous êtes en quarantaine pour cause d’ebola ;
  3. Votre maman a fixé le couvre-feu à quatorze heures ?

Le netplay est là pour vous. Et c’est fabuleux. (Hein que c’est fabuleux ?) Sauf que parfois, le netplay, il est un poil compliqué à comprendre parce qu’on ne sait pas vraiment comment l’installer. Voici donc une traduction/adaptation en français des guides de netplay d’Anther’s Ladder, le site de référence pour le netplay.

Qu’est-ce que le netplay ?

Le netplay est un outil fabuleux (j’ai déjà dit fabuleux ?), quand il est bien utilisé. Il vous permet de jouer à distance avec n’importe qui. Mais pas trop à distance (le lag augmente avec la distance physique). Et pas trop avec n’importe qui (il faut un code d’invitation, j’en parle plus loin).

Le matériel nécessaire

  • Un ordinateur :
    • Avec un bon processeur (un Intel core i3 suffit sur un portable, un ordinateur avec un processeur Intel post-2013 marche aussi – oubliez les Celerons et les processeurs AMD). Un test simple : si vous ne pouvez pas faire tourner Dolphin à 60FPS sans problème quand vous êtes hors ligne, vous ne pouvez pas netplay.
    • Les cartes graphiques intégrées sont généralement suffisantes.
  • Un adaptateur pour manette de GameCube : l’officiel pour Wii U (20€) ou le Mayflash à 4 ports (15€).
  • Internet : en Ethernet (câble à 5€ si vous ne l’avez pas déjà) si possible. À partir de 5mb/s en upload, vous ne devriez pas avoir de problème de lag. Si votre ping est constamment inférieur à 15ms sur speedtest, vous pouvez jouer (même en wifi).
  • Des mains qui fonctionnent.
  • Un ami, mais si vous n’en avez pas, je vous ai mis des alternatives possibles en bas de l’article.

 

Préparer son ordinateur pour jouer en netplay

Alors on commence par télécharger des machins :

Et ensuite on installe des trucs.

D’abord, on crée un dossier et on y extrait l’archive Faster Melee :

Ensuite, cliquez, dans les documents créés, sur Dolphin :

Vous aurez peut-être un message d’erreur. Si c’est le cas, téléchargez ceci puis réessayez.

Avec un double clic sur l’espace principal de la fenêtre, vous pourrez ajouter votre ISO Melee.

Tout est installé ? Très bien. Vous pouvez déjà voir quelques options : Show NetPlay Ping et Show NetPlay Messages vous permettent de voir le chat, le buffer et le ping pendant que vous jouez. Vous pouvez les désactiver s’ils vous dérangent.

Si vous avez plusieurs écrans et ne voulez pas jouer sur votre écran principal, cochez la case « Render to main window » et vous pourrez déplacer Dolphin à l’envi.

Configurer sa manette

Si vous avez un adaptateur officiel pour Wii U ou l’adaptateur à 4 ports Mayflash, alors vous pouvez utiliser le support natif de Dolphin, le Direct Connect. Cette option n’a pas d’input lag et ne devrait jamais avoir d’erreurs.

Voici les étapes à suivre :

  1. Téléchargez et installez Zadig.
  2. Ouvrez le menu Options et cliquez sur « List All Devices »
  3. Sélectionnez WUP-028 et vérifier que l’USB ID est bien 057E 0337. Si ce n’est pas le cas, essayez de changer de port USB. Pour un adaptateur USB Wii U, seul le câble noir compte. Pour un adaptateur Mayflash, il faut un câble pour que ça marche, les deux pour avoir le rumble.
  4. Sélectionnez WinUSB à droite, cliquez sur Replace Driver, cliquez sur Yes.
  5. Ouvez Dolphin > Controllers. Pour le port 1, dans le menu déroulant, sélectionnez GameCube Adapter for Wii U.
  6. Vérifiez que le Direct Connect est coché et que l’adaptateur est détecté.

Tout est en place : comment netplay ?

Allez dans Tools > Start Netplay:

SzfgWAY.png

Vérifiez que le menu déroulant du haut dit bien Traversal.

lze98ls.png

Trouvez quelqu’un avec qui jouer

Sur le Discord LeFrenchMelee

Allez sur le Discord LFM. Lisez le règlement. Ouvrez le chan #netplay. Saluez poliment vos compagnons. Proposez à quelqu’un de jouer. Dites qui envoie le code à l’autre. Vous pouvez aussi aller sur le Discord du netplay.

Sur Anther’s Ladder

Alternativement, vous pouvez aller sur Anther’s Ladder. Inscrivez-vous. Retournez sur la page d’accueil et cliquez sur le gros bouton orange « Find opponents ». À droite, cherchez des adversaires. Attention ! Vous verrez leur localisation en bleu-vert, jaune ou rouge. Inutile d’essayer de jouer avec quelqu’un de trop loin de vous (lieu en rouge). En jaune, vous pouvez toujours essayer et voir ce que ça donne. Le bleu devrait bien aller.

netplay

Jouez

Si vous êtes l’hôte

Cliquez sur l’onglet « Host » et sélectionnez l’ISO Melee. Cliquez sur Host ou double-cliquez sur le nom du jeu.

k7aX2SN.png

Copiez le code en haut à droite de la fenêtre de netplay et envoyez-le à la personne avec qui vous jouez.

ZXPq3KT.png

Quand elle rejoint la fenêtre, ajustez le « buffer » en fonction du ping. En général, on prend le ping, on le divise par 8, et on l’arrondit au nombre pair le plus proche. Si le ping est inférieur à 48ms, laissez 4 de ping. Montez-le à 6 pour un écran de type BenQ et 8 pour un écran extrêmement rapide si vous voulez garder la rapidité habituelle d’une télévision cathodique.

 

jc6paIQ.png

Si votre adversaire est l’hôte

Dans la fenêtre Netplay, cliquez sur l’onglet Connect et copiez-y le Host Code que votre hôte vous a envoyé. Quand c’est fait, cliquez sur Connect.

netplay host code

L’hôte règle le buffer et décide de quand il démarre l’émulation.

cSvgUiv.png

Bon jeu !

(Et restez polis.)

 

Top 65 Fastest Stocks #6

Retrouvez les Français dans cette vidéo !

Smashboards veut vos articles (et on peut vous aider)

Le 20 juin, Smashboards a annoncé ouvrir ses propositions d’articles à toute la communauté.

Chez ShieldBreakFast, ça fait un moment que c’est le cas : d’ailleurs, vous pouvez toujours proposer vos articles ici.

Et pourquoi donc est-ce qu’on vous en parle ?

Parce que si vous proposez un article intéressant sur ShieldBreakFast, et que vous le demandez à Exile, l’article sera traduit en anglais et envoyé à SmashBoards aussi.

Une raison de plus de vous exprimer, librement, en français sur ShieldBreakFast – et avec un peu de chance, d’avoir votre article sur la page d’accueil de la plus grande des ressources Smash !

GRSmash : l’art de la création de contenu

Auteur: Wncozens
Graphiste: TheRealHeroOfWinds

GRSmash : l'art de la création de contenu
Chacun de nous a déjà voulu garder un moment unique dans sa mémoire. De temps en temps, on repensera à un moment donné où on a ressenti une explosion d’émotions envers quelqu’un ou quelque chose, mais c’est parfois difficile de bien s’en souvenir. Certains d’entre nous, cependant, peuvent utiliser ce souvenir et le transmettre au monde. Ils sont nos artistes, nos musiciens, nos acteurs, nos créateurs. Une personne en particulier, GRsmash, le fait depuis longtemps pour la communauté Smash, faisant battre nos coeurs et ramenant à la vie des souvenirs oubliés.

Le nom de ce Youtuber vous dit probablement quelque chose. Depuis 2013, son contenu a touché plus de 90 millions de personnes, et pas sans bonne raison. C’est parce que les top 10 de GRsmash apportent bien plus que ce que dit le titre. Que ce soit sa vidéo « Top 10 Most Disrespectful Moments in Smash » ou « Top 10 Most Awkward Handshakes », tout ce qu’il poste permet à son audience de s’y retrouver. Ce sont ces moments, qu’ils soient hype ou malaisants, qui rappellent à leur audience ce que ça veut dire, faire partie de la communauté Smash.

La scène Smash compétitive était une zone relativement peu développée de Youtube avant l’apogée de GRsmash. À l’époque, en 2013, on ne voyait pas grand-chose d’autre sur la scène que des VOD de tournois et des combo videos, et donc, le contenu touchait très rarement des gens en dehors de son public habituel. Il manquait cette passerelle vers une vraie notoriété et la communauté vivait dans une bulle, loin du mainstream.

Avec le temps, pourtant, il devenait de plus en plus évident que Youtube pouvait être un excellent moyen de faire découvrir la scène compétitive au grand public. En naquit la « nouvelle vague » des médias Smash : My Smash Corner, VGBootCamp, Rush Hour Smash, et GRSmash, pour n’en citer que quelques-uns. Ces Youtubers créaient du contenu Smash à une échelle jamais vue auparavant, aidant la communauté à sortir du moule et créant la nouvelle ère de Smash sur Internet.

En créant un contenu qui rendait la scène compétitive accessible à tous, elle pouvait enfin grandir. Beaucoup de chaînes ont réussi, mais en termes de popularité, GRSmash transcendait toutes les autres. Et il y a une bonne raison pour ça.

Pour comprendre le succès de GRSmash, vous n’avez même pas besoin de faire partie de la communauté Smash. On peut tous comprendre le sentiment profond de ses vidéos : des gens qui expriment leur passion pour quelque chose qu’ils aiment. Que ce soit une réaction à un combo de Falcon ou le pire irrespect possible envers un adversaire, le spectateur se fait plaisir à regarder la vidéo grâce à l’enthousiasme évident des commentateurs, des fans, et même des joueurs. On s’y retrouve, on aime ça facilement. Regarder quelque chose d’aussi simple qu’une action dans un jeu vidéo, et voir que ça fait hurler des gens, c’est puissant. C’est quelque chose qui impressionne, et je pense que la volonté de faire partie de ce sentiment explique pourquoi GRSmash est responsable d’une bonne partie de la croissance de notre scène. Comme il le dit lui-même :

C’est trop bien de voir à quel point ces commentateurs apprécient ce que font les joueurs, ou à quel point la foule crie pour un combo, ou le rire d’un adversaire qui vient de se faire ouvrir en deux, ou le pop off d’un joueur qui vient de prendre une game super serrée. On voit que chacune de ces personnes aime vraiment le jeu, aime le regarder, aime y jouer. Et ça montre à quel point la communauté est extraordinaire.

Ce qui est bien avec les vidéos de GRSmash, c’est qu’il peut nous faire revivre des moments qu’on n’a en fait jamais vécus. On peut cliquer sur un lien en s’attendant à une chose et se retrouver avec une vidéo qui n’a rien à voir. Une vidéo qui illustre bien ce que je veux dire par là, c’est le Top 10 Most Disrespectful Moments in Smash. J’ai commencé à regarder cette vidéo en pensant que j’allais voir quelques combos cool, et ça n’avait absolument rien de ça. Chaque clip de cette vidéo était fondamentalement différent du précédent. De Mango et ses lasers sur Taj à BizarroFlame et son uptilt de Ganon, à chaque fois j’étais pris par surprise et à chaque fois je me demandais à quel point quelqu’un qui regarde sa première vidéo de Smash trouverait ça génial.

Certains pensent que GRSmash gagne de l’easy money, et profite seulement des vidéos d’autres personnes. Que vous pensiez ou non que son travail est difficile, c’est sujet à débat, mais quelle que soit la réponse à cette question, je pense qu’il y a un côté artistique à ce qu’il fait. N’importe qui peut faire une compilation d’extraits et attendre que les vues s’accumulent. Et oui, certaines des vidéos de GRSmash sont ça aussi. Mais ne vous y méprenez pas : il y a des efforts impressionnants dans le fait d’aller chercher le clip parfait, la réaction parfaite, en passant par des heures et des heures de VODs et par ce qu’il appelle « faire des recherches pousées ». Il a aussi un public énorme qui lui donne toujours des idées : c’est aussi pour ça qu’après plus de deux ans, il a toujours autant de contenu nouveau et ne nous a toujours pas lassés.

Une de ses vidéos qui illustre le mieux sa capacité à regrouper plein d’extraits et à en faire une véritable oeuvre d’art, c’est son M2K’s Marth is a Thing of Beauty. La vidéo montre une compilation de combos remarquables du Marth de Jason « Mew2King » Zimmerman. Je suppose que les extraits eux-mêmes rendent déjà la vidéo digne d’être vue, mais pour GRSmash, ce n’est pas assez. Il ajoute une mélodie symphonique qui se synchronise parfaitement avec chaque fin de combo, créant une atmosphère qui enveloppe le spectateur, qui lui montre à quel point M2K est incroyable. Il renforce les dairs, les upBs, les spikes avec son choix de musique. Quand on dit que Melee c’est du jazz, ou de la poésie, ça peut être dur de prendre ça au sérieux. Mais GRSmash nous montre que les mouvements et le techskill de Melee ont une beauté intrinsèque, et c’est ça qui rend le jeu aussi bien. C’est de l’art.

Quant au futur du contenu vidéo à Smash, il est difficile à prévoir. Mais il ne peut pas décliner. « J’ai l’impression que le contenu lié à Smash s’améliore en permanence », me dit GRSmash en interview. Nous sommes en plein âge d’or des médias de Smash, et ça se voit : le contenu n’a jamais été aussi bon. Et que ce soit GRSmash, VGBootCamp, ZeRo ou une autre chaîne, la vidéo continuera à séduire des centaines et des milliers de fans de Smash pour les années à venir.

Pendant longtemps, Smash a manqué de créateurs de contenu. Et  à cause de la nature de Smash, du fait que le jeu a plein de trucs et de techniques secrètes qui ne sont pas connues de tous, depuis le début de la compétition à Smash, les joueurs et les amateurs ont toujours essayé de faire comprendre leur discipline en créant des guides, des analyses, des tutoriaux et via une discussion poussée. Il y a tellement de choses cachées dans tous les jeux Smash que la communauté a toujours cherché à développer le metagame en rendant l’information publique. C’est dans la nature de Smash.

Et sur ces propos, GRSmash a raison : Smash est incroyablement différent de la plupart des jeux de combat. On a commencé en amateurs. Chaque partie a son histoire, sa communauté, ses heures d’entraînement et sa motivation, et son amour du jeu. Et c’est grâce à des gens comme lui que le monde peut voir ça. Ces combos, ces pop offs, ces hurlements qui saturent le micro des commentateurs ; cette occasion de ressentir quelque chose qu’on n’a pas connu depuis longtemps.

Introduction au Crouch Canceling

Qu’est-ce que le crouch canceling ? Une vidéo de Kira pour SSBM Tutorials, sous-titrée en français par SmashingSubs. C’est la dernière pour le moment, demain on vous sortira un article un peu différent – mais on travaille dur pour sortir plein d’autres sous-titres, que vous pourrez retrouver sur SmashingSubs !

Introduction aux Doubles

Une introduction aux Doubles à Melee, pour les spectateurs qui voudraient comprendre ce qu’il se passe avant de regarder un tournoi. Créée par Kira de SSBM Tutorials. Sous-titrée en français par SmashingSubs.

Apprendre à wavedash

Kira, de SSBM Tutorials, nous apprend ce qu’est un wavedash et comment on peut s’y entraîner. Une vidéo sous-titrée en français par SmashingSubs.

Une introduction au Neutral Game

Une introduction au neutral game, sous-titrée en français par SmashingSubs.

Les différences entre PAL et NTSC

Une vidéo de SSBM Tutorials, sous-titrée en français par SmashingSubs : quelles sont les différences principales entre Melee en NTSC et Melee en PAL ?

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén