ShieldBreakFast

Smash & Croissants

Catégorie : Communauté française (Page 2 sur 4)

Une histoire de la HFLAN

Une petite (bon ok, pas vraiment petite) histoire de la HFLAN. Elle a été rédigée avec l’aide de Slhoka, l’ancien co-organisateur de ces tournois. Nos remerciements à BSeeD également, en particulier pour ce beau témoignage : « j’aurais bien voulu aider mais j’suis un poisson rouge merde ». Merci à BeLia, Tekk, Fauster, Charlon, Aspro et j’espère n’avoir oublié personne.

Vous avez jusqu’au 31 mars 2017 à 19h pour vous inscrire à la prochaine. Faites-le maintenant : http://smash.gg/hflan-2017 !

hf.lan – Avril 2011

C’était un beau jour du printemps 2011 – le soleil brillait, les Sheik sheikaient, les oiseaux pewpewaient. Rien de bien spécial en somme, jusqu’à un soudain message sur JeuxVideo.com.

Pauvre Warhuma, innocent et naïf ! Un Slhoka des forêts lui fondit dessus, saisissant l’opportunité avec la majesté de l’aigle s’emparant du mulot égaré.

Notez le génie de ce message. Le petit « intéressant » qui permet de créer un climat de confiance – d’aigle sans merci, Slhoka (ou devrait-on dire Suroka ?) se mue en vipère, endormant les défenses de sa proie. De même, le conseil de poster sur le CF, l’injonction à rejoindre la communauté et à y faire de la promotion. Ne vous fiez pas à cette apparence innocente. Le vrai piège, c’est cette dernière petite requête : « Je serais aussi intéressé par les règles du tournoi ».

Est-ce que ça vous semble innocent ? On ne saura jamais si ça l’était pour Slhoka, mais ce qu’on sait, c’est que ce fut la porte d’entrée de la communauté Melee vers l’organisation de la HFLAN. Le règlement était en effet plutôt bancal, et Slhoka en profita pour tâter le terrain en proposant de l’aide sur le sujet aux organisateurs. Peu d’espoir de son côté, il faut le dire : dans ce genre de cas, les organisateurs extérieurs à la communauté se braquent souvent, et refusent d’accorder de la marge de manoeuvre à des personnes externes à l’équipe d’organisation. Du côté de la HFLAN (ou plus exactement, de la hf.lan), ce fut loin d’être le cas. Les organisateurs se montrèrent incroyablement ouverts et à l’écoute, c’était fantastique.

Le jour venu, ces bonnes impressions se confirment, et les joueurs français de Melee comprennent à quel point c’est une belle histoire d’amour qui commence avec la HFLAN : la qualité du cadre du tournoi est incroyable. La légitimité offerte par la proximité des jeux PC, tout d’abord, la qualité du local, et bien sûr, les hot dogs et boissons à volonté, qui deviendraient un grand classique de la série HFLAN. Et comme si cela ne suffisait pas, le staff était intéressé par le jeu, compétent, et ouvert à la collaboration. Preuve de bonne volonté, ils finiraient même par confier le déroulement des matchs de tournoi  à Slhoka pour se concentrer sur l’aide logistique !

Cette première HFLAN n’était pas bien grande, toutefois, il faut bien le dire. Il y avait bien deux joueurs venus de Lyon pour l’occasion. Leur nom vous évoque d’ailleurs peut-être quelque chose : Tekk et Fauster. Tekk s’empara de la victoire en avec un bracket reset contre Doraki, qui l’avait sorti en Winner Semis.

On remarquera dans la liste des participants d’autres joueurs qui deviendraient bien plus connus par la suite : Cromat (aujourd’hui Crogo), BeLia, Fauster. Fauster arriva 7ème au tournoi, battu par Benoit et Cromat. Cependant, ce n’est pas ce qu’on retiendra de sa venue à la HFLAN. Non, c’est tout autre chose : ampli à la main, les organisateurs de l’événement proposèrent aux joueurs de commenter… donnant le micro à Fauster pour la première fois.

Une mention spéciale à pq3000 dont le tag me fait toujours rire quand je le vois.

Finissons l’histoire de la hf.lan par ce bilan de Slhoka, avec six ans de recul :

Le tournoi a été un franc succès malgré le peu de joueurs présents (à relativiser car l’activité Melee était à l’époque au plus bas à cette époque).

hf.lan 2.0 – Octobre 2011

La hf.lan se décida à partir sur 2 tournois par an, en se focalisant sur 3 jeux permanents : StarCraft II, League of Legends et notre cher Melee. Pour cette deuxième édition, les Smasheurs avaient compris l’intérêt de l’événement : le tournoi avait commencé avec une limite de 32 joueurs, puis la limite augmenta à 48 à la demande des joueurs. En excluant les désistements du jour même, la limite fut atteinte, avec des déplacements de Lyonnais, de Lillois. Dans le top français, seuls Salepate et Baxon manquaient à l’appel de cette édition.

La grande nouveauté, cette fois, c’était le grand amphithéâtre dans lequel se dérouleraient toutes les phases finales des HFLAN suivantes, qui était en travaux lors de la première édition. Avec ça et le reste de l’organisation, il y avait le potentiel de devenir un des meilleurs tournois d’Europe – et sans vouloir vous gâcher le suspense, ce serait bientôt le cas.

Entre le club PC ESIEE et la communauté Melee, c’était la confirmation d’une belle histoire d’amour. Sur les résultats, plus de contre-performances que de belles surprises apparemment : on notera la deuxième place de Cyr qui refusait de counterpick contre Darko, et une horrible 13ème place pour Tekk, venu confirmer sa place de meilleur français et en fait éliminé par Doraki et Slhoka. Douloureux.

Au sujet de ces HFLAN suivantes, BeLia affirme aujourd’hui :

Le cadre est agréable, l’amphi quand tu découvres encore le jeu c’est magique.

Un point de vue partagé par bon nombre de joueurs que j’ai interrogés.

hf.lan <3 – Mai 2012

LE GRAND REMPLACEMENT §§!!!§§§§§!!!11!

Les Anglais, les Italiens, Overtriforce furent de sortie en mai 2012, s’intégrant aux 48 participants de la HFLAN. La crème de la crème manquait encore, mais ce fut la HFLAN décisive sur le plan international, faisant découvrir à tous à quel point la HFLAN est un tournoi agréable et bien organisé et annonçant le succès de l’édition suivante.

hf.lan 4ever – Décembre 2012

64 joueurs, cette fois. Et pas n’importe lesquels : Armada, Leffen, Zgetto, Ie, Over, la quatrième édition de la HFLAN fut décisive pour l’histoire de la série.

Un certain NMW, joueur américain de Melee en stage en Europe, fit un petit tour via la HFLAN – et arriva troisième de l’amateur bracket derrière Fauster et JiM !

hf.lan 5 – Juin 2013

Armada et Leffen ne se déplacèrent pas à la HFLAN pour la cinquième édition, mais l’Europe était loin d’être absente.

Les Hollandais, en particulier, se déplacèrent en masse, et on y trouva des sets d’anthologie pour nos joueurs français : Salepate arrachant une victoire à Jeapie, Baxon sortant Faab puis Remen du top 8 sans pitié, le tout sous les hurlements de Fauster bien entendu.

Un beau tournoi, donc, et l’occasion de gagner en ampleur également, avec une vraie cérémonie d’ouverture.

hf.lan 6 – Décembre 2013

LA HFLAN était désormais un classique : inscriptions pleines en quelques heures, tops européens de sortie, organisation au poil. Le tournoi se solda par une victoire de Leffen sur Ice. Une amélioration à retenir : c’était la première fois que le tournoi était streamé « professionnellement », par SaltyPlayground.

hf.lan 7 – Mai/Juin 2014

Sur la hf.lan 7, les conditions étaient fort différentes. Deux semaines plus tôt, la Republic of Fighters 3 avait fait l’événement, dans les mêmes locaux que la HFLAN, et les étrangers s’y étaient déplacés en masse. Salaires de Smasheurs oblige, la hf.lan 7 fut donc un événement entre français, et bien plus petit.

Cette édition était donc, on le comprendra, un peu moins hype. Elle fut remportée par Salepate contre Tekk : un grand classique des tournois de l’époque.

Un rapide retour d’Aspro, joueur parisien :

La HF lan 7 était mon 2e tournoi, une semaine après la RoF 3. J’y ai rencontré ceux qui sont par la suite devenus mes plus proches amis. C’est évidemment la meilleure série de tournois en France et à mon humble avis en Europe. J’veux dire, y a des canapés devant les set up et de la bouffe gratuite !

hf.lan 8 – Novembre 2014

Malheureusement, je manque cruellement d’informations sur cette édition. Leffen y devint le premier à remporter deux HFLAN, rapidement rattrapé par Armada.

HF-LAN Melee Edition – Mai 2015

La grande époque, avec les majuscules ! Envisagé depuis les premières éditions 3 ans auparavant, la HFLAN s’affranchit des limites de participants. 170 joueurs répondent à l’appel, dont Zhu, financé par les dons des joueurs et spectateurs.

Alors certes, il y avait un autre tournoi aux Etats-Unis le même week-end, et les Américains ne vinrent pas en masse, mais le tournoi fut tout de même historique.

On n’en retint pas tant Armada battant Amsah en finale. Les Français, grands patriotes, semblent avoir préféré la victoire de Tekk contre le célèbre Zhu.

HFLAN 12 – Avril 2016

La troisième victoire de Leffen en HFLAN – un Leffen qui ne lâcha pas une seule stock en pools, et continua à faire au moins un 4-stock par set jusqu’en demi-finale.

BeLia y gagna aussi une certaine notoriété à l’international en se plaçant 4ème avec un 3-0 contre Tekk.

HFLAN Melee Edition 2017

À vous d’écrire l’histoire de la HFLAN Melee Edition 2017. Faites partie de l’aventure aux côtés de vos joueurs préférés : Armada, tout le gratin européen, Chillindude, Chudat, et bien d’autres !

Inscrivez-vous sur http://smash.gg/hflan-2017 avant le 31 mars à 19h !

Jet Smash Radio #6, ft. Bronol

NED Talks #5 : Fauster

 

NED Talks #4 : Alox

Jet Smash Radio #5 – ft. OtaK_ et Kafkah

 

 

J’ai organisé mon premier Smashfest.

Partagé avec l’accord de Couka. Lisez l’original sur Medium.

Au début j’avais un peu peur. Pourquoi ? Parce que d’abord, je suis pas très bon. Ma première expérience de Melee, c’était à sa sortie sur Gamecube. C’était même mon premier jeu. Mais j’étais gamin, je jouais avec mon frère, mes cousins et voilà. J’ai redécouvert le jeu très récemment grâce à un pote smasheur (@aweusmeuh ) alors que j’étais plutôt joueur de Street Fighter depuis des années. J’ai fait mon premier tournoi cet été. J’habite dans une région où la communauté est quasi-inexistante, donc pas de possibilité de participer à des weeklies ou des monthlies sans faire plusieurs kilomètres. J’ai pas de PC assez puissant pour faire correctement tourner Dolphin et netplay. Mes options sont donc très limitées. Pour jouer, il fallait que je provoque les rencontres. C’est ce que j’ai fait.

À ma grande surprise j’ai découvert à la fin de l’été 2016 qu’il existait un groupe local de joueurs à Tours. Mais apparemment rien de bien développé malheureusement. Une vingtaine de joueurs éparpillés dans la région, une poignée habitant en ville, le reste est dispersé dans les villes périphériques. À peine une demi-douzaine d’actifs. Les joueurs peinent à se trouver. Je prends donc mon courage à deux mains, et je me présente sur le groupe. Je commence à discuter avec les quelques joueurs actifs. Au bout de quelques semaines, on arrive à organiser une session dans un bar Meltdown à Tours, principalement grâce à un membre qui côtoie régulièrement le bar. L’occasion de se voir en vrai, de jouer, de faire connaissance. C’est convivial. Ça paie pas de mine. Le bar n’est pas rodé à ce jeu, on joue sur une TV LCD, on est serré sur un seul setup. Mais on s’en fout, on joue. On commence alors à discuter des difficultés de jouer dans la région. Je lance que, bientôt, j’emménage dans un nouvel appart en plein centre ville conséquemment à un nouveau job :
“ Y-a carrément moyen que je vous invite pour jouer en fait !
– Sérieux ? Ça serait trop bien !
– Je vous tiens au courant après l’emménagement alors ! C’est dans plusieurs mois.”

L’invitation était donnée, je ne pouvais plus reculer. Entre temps, je participais à quelques autres tournois en dehors de la région, je continuais à rencontrer d’autres smasheurs de Tours et d’ailleurs. Plusieurs mois passent, j’emménage dans mon nouvel appartement avec ma copine. Beaucoup de paperasses. Je prends le temps d’installer un setup dans le salon. J’arrive même à choper une autre CRT par une amie. Ça permettra d’avoir 2 setups pour peu qu’une personne ramène une console, et de ma faible connaissance du TO-ing, c’est pas ce qui manque le plus habituellement. J’ai un weekend libre qui se présage. Tous les éléments logistiques sont réunis pour que j’organise mon premier smashfest. Je poste donc une annonce sur le groupe Facebook de ma communauté. J’appellerai ce smashfest sobrement : Coukafest #1.

Quelques personnes répondent à l’appel, d’autres ne peuvent pas cette fois-ci. J’avoue maintenant être rassuré du faible nombre de participants. Pour la première fois, c’est pas plus mal. Je pense quand même à demander une confirmation de venue la veille et de préciser le pseudo voulu. J’ai bien fait, une personne se désiste. Ça évite les mauvaises surprises. Au final, on sera 6. Le rendez-vous est donné un samedi après-midi à 14h. Il me reste plus qu’à organiser un petit tournoi pour ne pas s’ennuyer. Ah… Mais je fais quoi !? Bon, on va pas se mentir. J’ai beau avoir participé à quelques tournois. Je connaissais pas grand chose à l’organisation et au déroulement d’un tournoi. Je fais quoi ? Un Round Robin, des rondes suisses ou directement un tournoi en double-élimination ? Mais ça va durer combien de temps en fait ? Ça va suffire 2 setups ? J’allais rapidement avoir la réponse à toutes ces questions.

C’est le jour J, je prépare les setups. Je prépare les sièges pour jouer confortablement, je lance un PC pour noter les résultats sur challonge.com. Tout semble prêt, les gens commencent à arriver. Une personne semble en retard, on décide de lancer les poules en l’attendant. Je prends soin de prendre contact avec lui entre mes matchs. Ouf, un retard logistique, il arrive. Finalement tout se déroule bien. On discute, de melee d’abord, c’est ce qui nous réunit ici après tout, mais rapidement on parle aussi d’autres sujets : les études, le travail, la vie. Et vous voulez savoir quelque chose ? Pour 6 personnes, on s’en fout un peu de l’organisation. On s’adapte très facilement. Faut pas trop se prendre la tête. Au début, j’avais prévu qu’un Round Robin en BO3, finalement on a fini beaucoup plus tôt que prévu, on s’est servi du Round Robin pour définir un seeding pour un tournoi en double-élimination. On a commencé à 14h30, on a fini sans se presser à 19h. C’était sympa.

Tout le monde rentre chez soi, je prends le soin de vérifier le challonge et publie le résultat sur la page de l’évènement. Une annonce sur le groupe Facebook pour remercier les participants, informer les autres du résultat, dire que tout s’est bien passé et qu’on espère se revoir très vite. Ce tournoi, ça a d’abord été l’occasion de réunir des personnes sympathiques avec qui partager une passion. Super Smash Bros. Melee a cette particularité qu’on doit se serrer autour d’une vieille TV branchée sur une vieille console pour jouer ensemble, ce qu’on peut considérer comme une contrainte est finalement une merveilleuse excuse pour réellement rencontrer des personnes, et des personnes géniales qu’on aurait sûrement pas pu rencontrer autrement tant tout semble nous séparer. Au delà du côté humain, c’est également l’occasion d’être au courant d’initiatives individuelles pour développer la communauté et regrouper ces forces. Peut-être qu’il existe déjà des structures en place, ou qu’une personne a des contacts dans une asso d’e-sport qui ne demande qu’à intégrer Melee dans ces évènements. Rencontrer les gens en vrai, c’est le meilleur moyen de s’organiser pour développer ensemble une communauté motivée et active.

Pourquoi j’ai écrit tout ça finalement ? Pour me vanter ? Pour faire de la pub déguisée pour mes initiatives ? Pas tellement. Ce que j’ai voulu dire à travers ce retour d’expérience, c’est que c’est à la portée de tout le monde. T’es dans la même situation que moi ? Dans une région peu active mais avec quelques personnes motivées pour doser ? Lance toi ! Trouve un appart, un bar, un endroit avec une CRT et du courant et lance toi. Organise au moins un petit tournoi, ça motive beaucoup plus qu’une simple session freeplay, propose un cash prize mutualisé même si ça te chante. Peu importe ce que tu choisiras, ça sera forcément une bonne expérience !

Super Smash Bros. Melee aujourd’hui – Une vidéo pour tout résumer

La chaîne YouTube Vos Avis Comptent ! revient une nouvelle fois avec une vidéo présentant l’e-sport sur Melee dans son ensemble. Après son mini-documentaire sur Westballz et le FST1 et la série de Questions Smash, on retrouve ici François « Fauster » Le Brun, qu’on ne présente plus maintenant, tant il est connu de la scène française pour ses talents de joueur et de commentateur, dans une interview en face à face avec Robin « LifeIsCool » Pachot-Giroux.

Dans cette longue vidéo (33min !), ils discutent de multiples sujets liés au jeu, à son développement en France, à sa situation et à son potentiel. Pas moins de 12 grands sujets sont expliqués, de la communauté aux sponsors en passant par Nintendo et le niveau français.
(En plus, on vous propose un sommaire au début de la vidéo, au cas où vous n’auriez pas le temps de tout voir !)

Une vidéo explicative de la situation actuelle, parfaite pour les nouveaux arrivants souhaitant en apprendre plus sur Melee, et les curieux qui se demandent ce qu’il se passe au niveau national et international.

Bon visionnage !

Power Ranking 2016 – Tier C en vidéo

Une vidéo du Sylphe Smash Network, aka Baku !

Jet Smash Radio #3 – Retour sur le BEAST

 

BEAST 7 : les highlights = Fauster

Pas de Français dans cette vidéo. En tout cas, pas devant la caméra. Mais c’est quasiment entièrement commenté par notre Fauster préféré, et c’est épique.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén