Lire l’original sur Smashboards (en anglais)

Choisir son main

Maintenant qu’on a bien vu quelle approche du jeu il faut avoir, nous pouvons revoir la sélection d’un personnage avec plus de pertinence.

Quand on choisit un personnage, on cherche un équilibre entre notre plaisir personnel et la viabilité du personnage. Si vous voulez vous améliorer, vous ne pouvez pas vous permettre de jouer quelqu’un en-dessous de Luigi dans la tier list. Il vaut mieux jouer et apprendre Smash avec un bon personnage, quitte à switch ensuite vers un personnage low tier, avec plus de compétences et d’expérience. Pourquoi donc ? Quand vous apprenez le jeu, un mauvais personnage est une contrainte. Certains personnages auront toujours du mal contre les top tiers. C’est la nature du jeu, ce n’est pas grave. Mais il va être très difficile de surmonter cet obstacle à haut niveau, et vous allez rester un mauvais joueur bien plus longtemps – voire toujours.

La sélection des personnages est une partie importante de votre performance. Si vous ne jouez pas un personnage parce que vous ne le joueriez pas de façon optimale, c’est compréhensible, mais il va falloir dépasser cette idée pour vraiment vous améliorer. Votre ego est une contrainte dans votre apprentissage : soyez honnête avec vous-même, comprenez que votre main est handicapé par votre familiarité avec le personnage, votre connaissance du personnage, et votre talent pour le jouer, et cherchez à améliorer ces trois points.

Si vous essayez de choisir un main maintenant, les deux paragraphes ci-dessus devraient déjà avoir fait un bon ménage dans le cast, et vous pouvez choisir un seul personnage. Le dernier critère, et le plus important, est que vous devez accepter à la fois les forces et les faiblesses du personnage.

Si vous voulez jouer Fox, il faut que vous acceptiez qu’il va peut-être falloir camper avec des dash, des sauts et des lasers pendant 8 minutes par match dans un Bo7. Vous devez accepter que votre Sheik ne fera que des forward air contre Ice Climbers, et apprendre comment le faire correctement. Votre Samus devient bien moins forte quand vous sautez. Si vous n’acceptez pas les défauts de votre personnage, vous vous vouez à un échec sur le long terme. Vous prendrez des mauvaises habitudes, vous n’apprendrez pas toute la technique nécessaire, vous vous handicapez.

Même des excellents joueurs peuvent être des scrubs. Qu’est-ce qu’un scrub ? Pour moi, c’est tout joueur qui prend volontairement une décision non optimale. C’est une façon de vous saboter.

Quelques façons de saboter son jeu :

  • Jouer un des 25 personnages sur 26 que vous ne jouez pas après avoir lu ce guide
  • Refuser d’apprendre ou d’utiliser une stratégie optimale, quelle que soit la raison
  • Tout ce qui fait inutilement baisser vos chances de réussir

Choisir un personnage avec lequel vous atteindrez l’excellence sur le long terme, quitte à prendre longtemps, c’est moins être un scrub que de craindre un winrate plus faible dans l’immédiat.

Les Teams

En teams, c’est dur de savoir si vous avez l’avantage. La meilleure solution est alors de créer une stratégie qui vous donne l’avantage. En teams, deux choses changent surtout par rapport aux singles : le contrôle du stage, et la macro-stratégie. Le contrôle du stage change parce que vous devez prendre en compte 3 personnes plutôt que seulement votre adversaire. Certaines portions du stage ne vous permettent donc plus de vous déplacer librement. Il vaut donc mieux vous concentrer sur le contrôle de la surface juste autour de vous, et de réduire votre mouvement. La macro stratégie vous permet de mieux gérer tous les autres joueurs à l’écran.

J’ai une tactique très facile et systématique qui ne vous rend pas meilleur en teams ou à Smash. L’objectif, c’est plutôt de rendre la tâche bien plus difficile aux adversaires. Le 2v2, je trouve ça beaucoup trop équilibré. Si vous voulez l’avantage, soyez injuste. Traitez toute équipe adversaire comme les Ice Climbers : y’en a deux, et il faut exploiter ça. Votre objectif est de transformer le 2v2 en 2v1v1, où votre teammate et vous pouvez travailler ensemble mais vos adversaires ne peuvent pas.

Premièrement, trouvez quel joueur est le joueur agressif et lequel est le joueur défensif. Le joueur défensif est moins dangereux, plus lent, ou plus prudent. Si vous ne pouvez pas déterminer ça en sur la base du joueur, vous pouvez à la rigueur utiliser le personnage joué pour le déterminer. Certains exemples de défenseurs sont Peach, Marth, Sheik, un Ice Climber seul, Hungrybox, Armada, Mew2King. L’agresseur est plus dangereux, plus rapide, approche plus souvent et prend plus de risques. Quelques exemples : Fox, Falco, Falcon, PC Chris, Darkrain ou Axe. Il est important de noter que les rôles peuvent changer d’une team à l’autre : quand Lucky et Mango jouent en team, Mango joue un personnage plus lent que le Fox de Lucky, et il prend moins de risques, ce qui signifie que le défenseur, c’est Mango, dans cette team précise.

Si vous en avez la possibilité en match, isolez le joueur agressif. L’objectif est d’empêcher le défenseur de réagir le plus longtemps possible pendant que vous jouez en 2v1 contre l’attaquant. Quand il approche, envoyez-le le plus loin possible ou empêchez-le de prendre part au combat. L’aggressivité même de l’autre joueur signifie qu’il a plus de chances de s emettre dans une situation de 2v1, et le style défensif de l’autre implique qu’il sera moins prêt à prendre des risques pour vous arrêter. C’est la tactique la plus simple à adopter.

En répétant ça, vous cherchez à forcer l’attaquant à prendre des stocks à son teammate. Le joueur défensif est certainement le plus dur à tuer, et la perte de stocks rendra l’équipe plus faible si vous vous acharnez sur celui qui se défend moins bien. Par exemple, si Lucky doit utiliser 6 stocks et il n’en reste que 2 pour Mango, c’est une belle étape vers la victoire. Dans l’idéal, le joueur défensif est tellement loin qu’il ne peut rien faire avec son teammate, mais que son teammate lui prend quand même des ressources (des stocks).

Dans certains cas, je recommande même de garder le défenseur en vie juste pour mettre l’agresseur plus en danger. Par exemple, gardez un Ice Climbers seul en vie quand vous attaquez son coéquipier : il a le choix entre regarder le massacre et donner des stocks à son teammate et se suicider pour à nouveau constituer une menace. Quand il approche, utilisez un throw ou déplacez-vous pour avoir le temps de tuer l’attaquant tranquillement. C’est l’intérêt de la méthode 2 v 1 v 1.

Vous devez toujours faire preuve d’une bonne synergie d’équipe : si vous pouvez aider votre teammate, aidez-le. Vous devriez prendre un teammate avec un personnage qui s’allie bien au vôtre, et le sauver quand c’est possible, aider avec les setups de combo ou de kill, et utiliser le stage à deux.

Si les deux teams utilisent cette stratégie, c’est généralement celle avec les joueurs les plus prudents qui finira par gagner, parce qu’elle gère mieux les situations difficiles. Comme la méthode s’appuie sur l’exploitation de l’attaquant, avoir deux joueurs relativement défensifs vous donnera un avantage.

Voici un bon exemple :

Le Counterpick

Premièrement, vous devriez connaître les meilleurs stages de counterpick de votre personnage et vous en servir. Ayez une liste de counterpicks pour chaque personnage qui pourrait être joué par votre adversaire. C’est un petit investissement de votre temps qui vous apportera des résultats très positifs ensuite : écrivez ça pour chaque personnage du jeu et apprenez-le. N’ayez pas de mauvais stages, entraînez-vous partout.

Quand vous préparez votre plan de jeu, n’oubliez pas que votre adversaire aura droit à un ban. Ayez donc toujours deux stages solides de counterpick par adversaire : si vous avez travaillé et avez un avantage clair sur deux stages, le ban de l’adversaire ne l’aide en rien.

Quand vous bannez un stage, votre adversaire ne peut pas le choisir. Vous, par contre, vous pouvez (c’est en tout cas le cas dans le ruleset français). Si vous faites un ban, votre adversaire ne bannira sûrement pas le même stage, partant du principe que vous ne voulez pas jouer dessus. Vous pouvez donc ban vos prochains counterpick pour les « protéger » pour la suite ! Bien sûr, pour ça, il faut absolument gagner la première game. N’essayez jamais de faire ça avant la première game. Voici un exemple de plan :

Match-up : Marth (moi) vs Fox (adversaire)

Marth (moi) gagne la première game.

Plan A :

  • Ban Dreamland.

Plan B :

  • Ban Final Destination
  • Counterpick Final Destination si je perds la game 2, pour être certain de gagner la game 3 avec un stage que je maîtrise parfaitement.

 

 

 

 

 

Comments

comments